Avis

Cuisine et habitudes alimentaires de l'Égypte ancienne

Cuisine et habitudes alimentaires de l'Égypte ancienne

Parmi les civilisations anciennes, les Égyptiens bénéficiaient de meilleurs aliments que la plupart des autres, grâce à la présence du Nil traversant la majeure partie de l'Égypte colonisée, fertilisant la terre avec des inondations périodiques et fournissant une source d'eau pour irriguer les cultures et abreuver le bétail. La proximité de l'Égypte avec le Moyen-Orient a facilité le commerce et, par conséquent, l'Égypte a également apprécié les produits alimentaires provenant de pays étrangers, et leur cuisine a été fortement influencée par les habitudes alimentaires extérieures.

Le régime alimentaire des anciens Égyptiens dépendait de leur position sociale et de leur richesse. Les peintures funéraires, les traités médicaux et l'archéologie révèlent une variété d'aliments. Les paysans et les esclaves auraient, bien sûr, une alimentation limitée, y compris les agrafes de pain et de bière, complétées par des dattes, des légumes et du poisson mariné et salé, mais les riches avaient un choix beaucoup plus large. Pour les Égyptiens riches, les choix alimentaires disponibles étaient facilement aussi larges qu'ils le sont pour de nombreuses personnes dans le monde moderne.

Céréales

L'orge, l'épeautre ou le blé emmer constituaient la matière première du pain, levé au levain ou à la levure. Les céréales étaient écrasées et fermentées pour la bière, qui n'était pas tant une boisson récréative qu'un moyen de créer une boisson sûre à partir des eaux de la rivière qui n'étaient pas toujours propres. Les anciens Égyptiens consommaient beaucoup de bière, principalement brassée à partir d'orge.

Les inondations annuelles des plaines le long du Nil et d'autres rivières ont rendu les sols assez fertiles pour la culture des céréales, et les rivières elles-mêmes ont été canalisées avec des fossés d'irrigation pour arroser les cultures et nourrir les animaux domestiques. Dans les temps anciens, la vallée du Nil, en particulier la région du haut delta, n'était en aucun cas un paysage désertique.

Du vin

Les raisins étaient cultivés pour le vin. La culture du raisin a été adoptée dans d'autres parties de la Méditerranée vers 3000 avant notre ère, les Égyptiens modifiant les pratiques en fonction de leur climat local. Les structures d'ombrage étaient couramment utilisées, par exemple, pour protéger les raisins du soleil égyptien intense. Les vins égyptiens antiques étaient principalement rouges et étaient probablement utilisés principalement à des fins cérémonielles pour les classes supérieures. Des scènes sculptées dans des pyramides et des temples antiques montrent des scènes de vinification. Pour les gens ordinaires, la bière était une boisson plus typique.

Fruits et légumes

Les légumes cultivés et consommés par les anciens Égyptiens comprenaient les oignons, les poireaux, l'ail et la laitue. Les légumineuses comprenaient des lupins, des pois chiches, des fèves et des lentilles. Les fruits comprenaient le melon, la figue, la datte, la noix de coco de palme, la pomme et la grenade. La caroube était utilisée en médecine et, peut-être, pour la nourriture.

Protéine animale

Les protéines animales étaient un aliment moins courant pour les anciens Égyptiens que pour la plupart des consommateurs modernes. La chasse était quelque peu rare, même si elle était pratiquée par les roturiers pour se nourrir et par les riches pour le sport. Les animaux domestiques, y compris les bœufs, les moutons, les chèvres et les porcs, fournissaient des produits laitiers, de la viande et des sous-produits, avec du sang d'animaux sacrificiels utilisés pour les saucisses sanguines et de la graisse de bœuf et de porc utilisée pour la cuisson. Les porcs, les moutons et les chèvres ont fourni la plupart de la viande consommée; le bœuf était considérablement plus cher et n'était consommé par les roturiers que pour les repas de fête ou rituels. Le boeuf était consommé plus régulièrement par la royauté.

Le poisson pêché dans le Nil était une source importante de protéines pour les pauvres et était mangé moins fréquemment par les riches, qui avaient un meilleur accès aux porcs, moutons et chèvres domestiques.

Il existe également des preuves que les Égyptiens les plus pauvres consommaient des rongeurs, tels que des souris et des hérissons, dans des recettes appelant à les cuire.

Les oies, les canards, les cailles, les pigeons et les pélicans étaient disponibles comme volaille, et leurs œufs étaient également mangés. La graisse d'oie était également utilisée pour la cuisson. Les poulets, cependant, semblent n'avoir été présents dans l'Égypte ancienne qu'au IVe ou au Ve siècle avant notre ère.

Huiles et épices

L'huile était dérivée de noix de ben. Il y avait aussi des huiles de sésame, de lin et de ricin. Le miel était disponible comme édulcorant et le vinaigre pouvait également avoir été utilisé. Les assaisonnements comprenaient du sel, du genévrier, de l'anis, de la coriandre, du cumin, du fenouil, du fenugrec et des graines de pavot.