Des conseils

24 mots à emprunter à d'autres langues

24 mots à emprunter à d'autres langues

Il y a quelques décennies, Harold Rheingold s'est mis à la recherche de mots et de phrases qui, selon lui, pourraient nous aider à "remarquer les fissures entre notre propre vision du monde et celle des autres". Selon Rheingold, "Trouver un nom pour quelque chose est une façon de conjurer son existence." C'est une façon de «permettre aux gens de voir un modèle où ils ne voyaient rien auparavant». Il illustre cette thèse (une version de l'hypothèse controversée de Sapir-Whorf) dans son livre Ils ont un mot pour ça: un lexique léger de mots et de phrases intraduisibles (réimprimé en 2000 par Sarabande Books). S'appuyant sur plus de 40 langues, Rheingold a examiné 150 «mots intraduisibles intéressants» à emprunter afin de nous aider à «remarquer les fissures entre notre propre vision du monde et celle des autres».

Voici 24 des mots importés de Rheingold. Plusieurs d'entre eux (liés aux entrées du dictionnaire en ligne Merriam-Webster) ont déjà commencé à migrer vers l'anglais. Bien qu'il soit peu probable que tous ces mots "ajoutent une nouvelle dimension à nos vies", au moins un ou deux devraient provoquer un sourire de reconnaissance.

  1. attaccabottoni (nom italien): une personne triste qui boutonne les gens et raconte de longues histoires inutiles de malheur (littéralement, "une personne qui attaque vos boutons").
  2. berrieh (nom yiddish): une femme extraordinairement énergique et talentueuse.
  3. cavoli riscaldati (nom italien): une tentative de faire revivre une ancienne relation (littéralement, "chou réchauffé").
  4. épater le bourgeois: pour choquer délibérément des gens qui ont des valeurs conventionnelles.
  5. farpotshket (adjectif yiddish): argot pour quelque chose qui est tout encrassé, en particulier à la suite d'une tentative de correction.
  6. fisselig (adjectif allemand): troublé au point d'incompétence à la suite de la surveillance d'une autre personne ou lancinante.
  7. fucha (verbe polonais): utiliser le temps et les ressources de l'entreprise pour votre propre compte.
  8. haragei (nom japonais): communication viscérale, indirecte, largement non verbale (littéralement, "performance du ventre").
  9. insaf (adjectif indonésien): socialement et politiquement conscient.
  10. lagniappe (nom français de Louisiane, de l'espagnol américain): un cadeau ou un avantage supplémentaire ou inattendu.
  11. lao (adjectif chinois): un terme d'adresse respectueux pour une personne âgée.
  12. maya (nom sanscrit): la croyance erronée qu'un symbole est le même que la réalité qu'il représente.
  13. mbuki-mvuki (verbe bantou): enlever ses vêtements pour danser.
  14. mokita (langue Kivila de Papouasie-Nouvelle-Guinée, nom): les vérités de certaines situations sociales que tout le monde connaît mais dont personne ne parle.
  15. ostranenie (verbe russe): faire voir au public des choses courantes d'une manière inconnue ou étrange afin d'améliorer la perception du familier.
  16. potlatch (nom haïda): l'acte cérémoniel de gagner le respect social en donnant de la richesse.
  17. sabsung (verbe thaï): pour étancher une soif émotionnelle ou spirituelle; à revitaliser.
  18. schadenfreude (nom allemand): le plaisir que l'on ressent à la suite du malheur de quelqu'un d'autre.
  19. shibui (adjectif japonais): beauté simple, subtile et discrète.
  20. talanoa (nom hindi): discours oisif comme adhésif social. (Voir communication phatique.)
  21. tirare la carretta (verbe italien): pour se frayer un chemin à travers les tâches quotidiennes ennuyeuses et ennuyeuses (littéralement, "tirer le petit chariot").
  22. tsuris (nom yiddish): chagrin et trouble, surtout le genre que seul un fils ou une fille peut donner.
  23. uff da (exclamation norvégienne): expression de sympathie, d'agacement ou de légère déception.
  24. weltschmerz (nom allemand): une tristesse morose, romancée et fatiguée du monde (littéralement "chagrin du monde").